De la turbulence atmosphérique

J’avais déjà essayé de prendre des photos de la Lune, et le mieux que j’avais obtenu, c’était ceci, pris en Mongolie (!), en 2010 :

Lune après le premier quartier, prise en Monglie

Certes, ce n’est pas si mal, mais avec toutes les magnifiques photos que j’avais déjà vues sur internet, j’espérais plus de détails. La responsable de cette déception, c’est l’atmosphère terrestre : elle est en effet constamment animée par des déplacements de masses d’air, qui provoquent ce qu’on appelle la turbulence atmosphérique. Celle-ci, en dispersant la lumière venue de l’espace de manière aléatoire et fluctuante, limite la définition de l’image. C’est d’ailleurs ce même phénomène qui cause le scintillement des étoiles. Une technique accessible à l’astronome amateur pour contourner partiellement ce problème est de prendre un film plutôt qu’une photographie.

Filmons la Lune

Le principe est le suivant : on fait un film de la Lune pendant quelques dizaines de secondes. Durant ce film, l’atmosphère va évoluer, et chaque image composant le film sera un peu différente des autres, en fonction de la turbulence atmosphérique. On va donc sélectionner dans ce film les images les plus détaillées, puis les fusionner en une sorte de “super image”. Celle-ci regroupe la somme des détails de chaque image sélectionnée. Je vous rassure, cela ne se fait pas à la main mais à l’aide d’un logiciel. C’est ainsi que j’ai pu obtenir cette photo :

La Lune, un peu après le premier quartier

Mieux, non ? Comme vous le voyez, pas la peine d’aller au bout du monde pour décrocher la Lune, même un coin de région parisienne suffit pour cela ! :-)

J’ai tout de même utilisé une petite lunette astronomique pour arriver à ce résultat. Dans un prochain billet, je vous montrerai qu’un simple appareil photo est suffisant pour faire de jolies photos du ciel nocturne.

Côté technique : pour réaliser cette photo, j’ai utilisé une petite lunette astronomique (80 mm de diamètre, 500 mm de focale) sur laquelle j’ai fixé l’appareil photo, à la place de l’oculaire. L’ensemble est installé sur un trépied vidéo, pour avoir la meilleure stabilité possible.

L’appareil photo, en mode caméra, était branché sur un ordinateur portable, et j’ai utilisé le logiciel gratuit EOS Camera Movie Record pour capturer les films directement sur le disque dur. J’ai fait trois films, un pour avoir la partie nord de la Lune, un autre pour avoir le centre et le dernier pour la partie sud. Les parties nord et sud recouvrent chacune une partie du centre, c’est indispensable pour l’assemblage final.

La Lune défilant rapidement dans le champ de visée (la lunette ne disposant pas de dispositif de suivi), j’ai du me limiter à des films d’une vingtaine de secondes. J’ai ensuite utilisé le logiciel gratuit Registax pour traiter mes trois films (sélection des meilleurs images de chaque film, alignement des images entre elles puis fusion). Il ne restait plus ensuite qu’à assembler les trois images (nord, centre et sud) pour obtenir le cliché présenté ici.